U

Les autres membres

U

Centre d'histoire sociale des mondes contemporains

Coordonnées

Centre d'histoire sociale des mondes contemporains

Centre d'histoire sociale des mondes contemporains Campus Condorcet - Bâtiment recherche Sud (aile Sud) 4e étage 5, cours des Humanités 93300 Aubervilliers Tél. bibliothèque : 01 55 93 93 65 Mél : rossana.vaccaro@campus-condorcet.fr Tél. : 01 88 12 00 31 Mél : barbara.bonazzi@univ-paris1.fr Sites internet : http://histoire-sociale.cnrs.fr ; https://maitron.fr Contacts :

En attendant l’ouverture du Grand équipement documentaire, prévue en 2021, les collections du CHS et ses archives sont conservées au CTLes. Vous pouvez cependant les emprunter et/ou les consulter au point d’accueil temporaire, le GED hors les murs, situé à la MSH Paris Nord. Le catalogue du GED vous permet de demander les ouvrages qui vous intéressent. Les inventaires des fonds archives du CHS sont accessibles à partir de la base Calames. La consultation des fonds s’effectue, désormais, sur rendez-vous, dans la salle de lecture du GED hors les murs. La salle de lecture temporaire est ouverte du lundi au jeudi de 10h30 à 18h30, à l’adresse suivante : MSH – Paris Nord 20, avenue George Sand – 93210 La Plaine-Saint-Denis Niveau : rez-de-jardin Métro ligne 12, station : Front populaire (sortie n°3)

Origine et Consultation

Le Centre d'histoire sociale des mondes contemporains est un Centre de recherches de l'UFR d'histoire de l'Université Paris 1 et un laboratoire associé du CNRS. Il a été fondé en 1966-67 par Jean Maitron avec le soutien d'Ernest Labrousse et a occupé un petit local rue de la Sorbonne. Il s'appelait alors Centre d'histoire du syndicalisme.Une des principales originalités du centre, dès sa fondation, fut la présence des représentants des principales confédérations syndicales françaises (CFDT, CGT, CGT-FO, FEN et CNPF) à son conseil d'administration. Ce qui témoigne d'emblée de la volonté de faire une histoire qui s'ouvrirait à la collaboration et à la confrontation avec les acteurs sociaux. Non une histoire militante, mais une histoire qui s'enrichirait du militantisme. Encore aujourd'hui, plusieurs initiatives concernant l'enseignement (séminaires), la recherche (colloques) et la documentation (échanges, constitution de bases de données et de bibliographies), sont menées en association avec ces partenaires. Le Centre d'histoire sociale du XXe siècle devient Centre d'histoire sociale des mondes contemporains en 2019.

Le fonds de la bibliothèque

Le Centre est aussi un important lieu d'archives et de documentation. À partir de 1966, sous l'impulsion de Jean Maitron, le fonds de la bibliothèque s'est constitué grâce aux dons d'organismes politiques et syndicaux et de simples militants. Les ressources documentaires de la bibliothèque étant liées aux activités de recherche et d'enseignement menées au sein du centre, son fonds s'est enrichi et continue de s'enrichir en fonction des axes de recherches définis par ses chercheurs. Il concerne l'histoire des partis, des mouvements politiques et des organisations syndicales et, plus généralement, les mouvements sociaux. Aujourd'hui, les acquisitions de la bibliothèque s'efforcent de refléter les nouvelles orientations de la recherche qui, autour d'une forte cohérence assurée par l'histoire sociale, investissent les politiques publiques, la construction des collectifs et les enjeux et usages sociaux de la représentation.

Ce fonds est constitué de :

  • 15 000 ouvrages spécialisés, souvent dons de particuliers et d’institutions ;
  • 2 000 titres de périodiques dont 200 vivants. Il s’agit pour la plupart de publications syndicales et politiques émanant d’organisations militantes diverses, françaises et étrangères (organes, lettres d’information, revues, etc.) ;
  • 3000 travaux inédits d’étudiants : thèses, maîtrises, masters soutenus depuis 1947 dans les universités de Paris et province. Cette collection est unique en France et elle s’enrichit chaque année des nombreux masters concourant au "prix Maitron" . Il s’agit d’un concours institué par l’Université de Paris 1 et l’UNSA en l’honneur de Jean Maitron qui prime le meilleur master de l’année en histoire sociale ;
  • une importante collection de comptes-rendus de congrès politiques et syndicaux ;
  • une importante collection de brochures, pour certaines introuvables ailleurs ;
  • 70 fonds d’archives de militants, d’organisations politiques et syndicales léguées au centre par les militants eux-mêmes ou les familles de ceux-ci à leur disparition ;
  • plusieurs milliers de documents inédits relevant de la  " littérature grise " : actes de colloques, rapports scientifiques, etc.